Si ce message ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
Nous vous suggérons d'ajouter carnet@caue92.fr à votre carnet d'adresse.

Carnet
Actualités - Architecture - Urbanisme -
n°008/Mai 10

Rétroviseur
Passerelle piétonne et jardins
Rueil-Malmaison

Les grands espaces. C’est un déhanchement dans un espace orthogonal et ouvert comme celui d’un campus à l’américaine (mais un campus nu, sans arbres) où le plateau vert des terrains de sport et la brèche de l’autoroute libèrent un ciel à 180° sur lequel se découpent les silhouettes de verre d’immeubles de bureaux bien équarris. Anguleuse elle-même, la passerelle conçue par ANMA il y a deux ans pour franchir l’A86 est une suite de lignes brisées qui prend son temps. Sa longueur (472 m) est à la mesure de l’espace dilaté au sein duquel elle s’élève lentement d’un côté, pour se replier très vite une fois l’autoroute franchi. L’ouvrage consiste en une structure métallique simple et répétitive avec un tablier de 5,40 m de large où il est aisé de marcher de front à plusieurs. Elle est bordée sur un côté d’un treillage en bois formant filtre visuel et pare-vent qui se retourne en équerre pour former un auvent protecteur continu, presque un intérieur en plein-air. Dissymétrique, striée et bien balancée, elle est accompagnée de jardins dont elle épouse les couleurs du vert au brun et le côté hirsute, un brin sauvage, qui manquait à ce quartier trop bien rangé. Elle crée un déséquilibre, et soudain surgit un paysage.

http://www.anma.fr

Maître d’ouvrage : SEML Rueil 2000 > Maître d’œuvre : ANMA (Agence Nicolas Michelin et associés) : Antoine Chassagnol (concours), Loïc Gestin (études), Boris Schebesch (chantier) + BET : OGI, BET structure métallique : HDA + paysagiste : MAP + éclairagiste : Patrick Rimoux > Programme : Ouvrage d’art (franchissement de l’autoroute A86) et aménagement paysager > Coût : 5,88 M € ht (valeur 12/2003) Livraison : 2008 > Concours : 2004 > Adresse : Rue Henri Sainte-Claire Deville, 92500 Rueil-Malmaison.

Image : © Stéphane Chalmeau


Comme on jette des notes sur un carnet, cette publication inventorie des projets qui ont arrêté notre attention. Pour étoffer la collection, signalez-nous vos projets : carnet@caue92.fr

Chantier
Maison de retraite Marguerite Renaudin
Sceaux

On/Off. Le chantier du projet d’extension et de rénovation de la maison de retraite Renaudin, ouvert en janvier, a été interrompu en février sur référé suspensif du juge administratif. Bien que la contestation porte sur le nombre de niveaux du futur bâtiment, on ne saurait douter du fait que d’autres mobiles ont conduit à la mise en procès. Parmi eux : le refus de l’architecture contemporaine. Voilà un peu plus de vingt ans que le terme d’identité est entré en grâce dans les processus de pensée et de fabrication de la ville. La quête d’identité fut d’abord un exercice vertueux visant à trouver ou inventer des propriétés positives aux quartiers sans qualité. La notoriété du terme s’est développée conjointement à celle de la notion de patrimoine. Rapidement, les deux se sont rapprochés et se sont aimés, pour le meilleur et pour le pire. L’identité est devenue « patrimoniale », un contre-argument massif pour empêcher toute expression architecturale des temps présents, laissant libre cours aux architectures de copie. Mais quelle est l’identité d’une ville comme Sceaux, sinon son éclectisme ? C’est à cet éclectisme qu’il faut travailler. Le boulevard Raspail à Paris est un magnifique exemple à revisiter. La juxtaposition des styles n’est pas un style mais elle peut commencer à faire style quand la diversité est autorisée et pensée, organisée. Dans cette équation, l’architecture «historicisante» n’a pas besoin de défenseurs, elle en a. Mais l’architecture contemporaine, si. Et le projet de Philippe Dubus, particulièrement. Il a conçu un objet pertinent à la fois pour la ville et pour les résidents. Un projet qui fait du jardin un parc fédérant les trois bâtiments qui composent la maison de retraite. Libre au regard des passants, il se transforme graduellement en prairie pour rester ce qu’il est déjà rue Marguerite Renaudin, un parterre à la française. Le bâtiment nouveau est travaillé en épaisseur pour être tassé en hauteur tout en organisant la difficile liaison à niveau entre le pavillon d’origine, sa première extension des années 80 et le futur édifice aujourd’hui contesté. L’intérieur est inspiré des lieux de villégiature plutôt que de l’univers hospitalier, l’extérieur s’enveloppe d’une résille inspirée des claustras de bois calculée pour ne pas gêner la vue mais pour protéger chambres et terrasses collectives du soleil.

http://www.philippe-dubus.com

Maître d’ouvrage : Maison de retraite Marguerite Renaudin > Maître d’œuvre : Philippe Dubus; chef de projet : Célia Jajolet (phase chantier) + Paysagiste : RB & Cie, Florence Robert et Frédéric Bœuf + BET : Michel Forgue, économiste; Batiserf, structure; Louis Choulet, fluides. > Programme : 98 chambres individuelles de 20m² avec cabinet de toilette privatif + Unité Alzheimer : 10 chambres individuelles de 20 m² + jardin de 385m² + jardin commun : 2.350m² > Environnemental : THPE 2005 Surfaces : SHON démolie : 1322 m², SHON créée : 5020 m², SHON totale après travaux : 8442m² > Coût prévisionnel : 12,7 M € ht > Concours : 2007 > Adresse : Angle rue Voltaire, rue Hyppolite Boulogne, 92330 Sceaux.

Image : © Soft studio.

Agenda

Jeudi 27 mai 2010
Le logement privé à Paris et en petite couronne 
État des lieux, mécanismes, projets




Journée d’information 9h30 - 17h

La construction de logement privé dans le contexte francilien : une question débattue en présence de ceux qui le construisent, établissement foncier, aménageurs, promoteurs et architectes.

Zoom : le Trapèze de Boulogne-Billancourt – lot 2AD, Colomer et Dumont architectes ; le site du centre-bus Montrouge-Porte d’Orléans, ECDM architectes ; la ZAC Claude-Bernard (Paris-Nord-Est), Zündel et Cristea architectes ; la ZAC Cardinet Chalabre (quartier des Batignolles), Périphériques architectes.

Télécharger le programme [.pdf]
Télécharger le bulletin [.pdf]

Réservation impérative 01 41 87 04 40
secretariat@caue92.com
Participation : 10 €

Image : Logements site Montrouge-Porte-d’Orléans © ECDM architectes.

Mercredi 9 juin 2010
Superblocs
119/208/274/347 logements/Ha

Amsterdam, Londres, Nantes : mixité d’usages, attracteurs urbains

Conférence-dîner 18h30 - 22h30

Entre régénération urbaine et nouveaux quartiers, le « superbloc », large volume composé de fonctions multiples et d’espaces extérieurs très définis, investit le territoire en tant que pièce urbaine .

3 exemples européens exposés par leurs architectes : Het Kasteel et De Albatros, HVDN Architecten ; Adélaïde Wharf, Allford Hall Monaghan Morris architects ; ZAC Bottière-Chenaie, îlot 11, Block architectes.

Le CAUE92 inaugure avec cette première soirée un cycle de conférences & dîners qui proposeront tout au long de l’année des sujets d’actualité liés à l’urbanisme et au contexte du Grand Paris, confrontant les expériences à l’échelle européenne.

Télécharger le programme [.pdf]
Télécharger le bulletin [.pdf]

Réservation obligatoire : 01 41 87 04 40
secretariat@caue92.com
Participation : 20 €

Téléchargez le plan d’accès au CAUE 92 [.pdf]

Image : Logements Het Kasteel, Amsterdam, HVDN architecten © John Lewis Marshall.


Ce message vous a été adressé par le CAUE92,
Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement des Hauts-de-Seine
38, rue du Clos-Montholon, 92 170 Vanves, T: 01 41 87 04 40, www.caue92.fr



Je ne veux plus recevoir ce courrier Cliquez ici. Transférer ce message à un ami.